Share:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Entretien avec notre PDG

Début janvier 2019, nous avons rencontré Martin Kratky, le PDG de Managility et du groupe de logiciels FP&A, dans notre centre de développement à Byron Bay, la partie la plus orientale de l’Australie, et nous lui avons posé quelques questions sur ce qui s’est passé en 2018 et les perspectives pour l’année prochaine :

Rittika : Martin, merci d’avoir pris le temps de discuter avec nous. Commençons par un regard sur l’année dernière 2018 ?

Martin : L’année a été très excitante. Le secteur de l’analyse et de la planification a toujours été dynamique, mais le rythme des changements survenus ces dernières années est sans précédent.

Le lancement de la dernière version d’Acterys cette année, qui a fusionné les deux marques auparavant distinctes en une seule solution unifiée, a constitué une étape majeure dans l’histoire de notre entreprise. L’ajout de 25 nouveaux employés, la mise en place d’opérations aux États-Unis, en Europe et en Asie, ainsi que la publication de mises à jour majeures sur une base trimestrielle nous ont tenus très occupés, mais il a été très gratifiant de constater qu’une jeune entreprise peut concurrencer avec succès les mastodontes de l’industrie qui pèsent plusieurs milliards de dollars.

Rittika : Vous êtes dans le secteur depuis un certain temps : quelle est votre opinion sur les tendances et les évolutions ?

Martin : Oui, après 20 ans, les gens demandent : « Tu n’en as pas marre de faire la même chose pendant si longtemps ? ». Ma réponse est toujours la même : Chaque année a été différente et le rythme des changements de ces dernières années est sans précédent.

Dans le secteur, je vois deux grandes tendances : La première est le cloud. Ce n’est pas vraiment un nouveau concept, mais ce que nous constatons aujourd’hui, en particulier en Asie-Pacifique et aux États-Unis – l’Europe est un peu en retard – c’est la pleine acceptation par les clients des solutions en nuage pour l’analyse et la planification. Cette tendance est principalement motivée par des avantages évidents : vous pouvez démarrer très rapidement et à moindre coût. Grâce à notre produit Acterys Connector, par exemple, nos clients peuvent désormais fournir un environnement analytique de niveau entreprise qui intègre des solutions de comptabilité en ligne standard comme Xero, Dynamics et QuickBooks en 5 minutes. Il y a quelques années, la mise en œuvre d’une solution similaire a nécessité des semaines de consultation.

La deuxième tendance clé que j’observe est le libre-service ou, comme je l’appellerais, « l’autonomisation de l’utilisateur » : « responsabiliser l’utilisateur professionnel ». Des solutions comme Power BI ont pris le secteur d’assaut. Les utilisateurs professionnels – sans compétences informatiques approfondies – disposent désormais d’une puissance d’analyse inégalée sur des sources de données simples, pour une fraction du coût des anciens outils de BI, de planification et de consolidation.

Rittika : Est-ce que cela signifie que les consultants en BI vont maintenant mettre la clé sous la porte ?

Martin : C’est une très bonne et importante question : Comme pour de nombreuses tendances marketing, l’expression « analyse en libre-service » doit être considérée avec un « grain de sel ». D’une part, c’est exact : les outils en libre-service comme Power BI et les connecteurs Acterys peuvent vous fournir des résultats immédiats sur des sources de données standardisées. Power BI permet une visualisation fantastique et des aperçus d’IA immédiatement au bout de vos doigts et Acterys construit désormais le modèle de données initial, la logique et les rapports en un clic.

C’est très bien, mais le plus souvent, ce n’est pas la fin.

Nous constatons ce phénomène assez fréquemment, en particulier avec les clients des PME – les clients des grandes entreprises connaissent mieux les « réalités » de ce secteur – : Beaucoup de temps et d’argent sont gaspillés avant qu’ils ne se rendent compte que travailler avec un expert pendant quelques heures ou quelques jours permet vraiment d’économiser de l’argent.

Faire une analyse sur une source de données simple et unique est une chose, intégrer plusieurs systèmes différents dans un modèle de données complet (ou « entrepôt de données ») avec la logique de calcul et les flux de travail personnalisés spécifiquement requis est une toute autre histoire et, à mon avis, nécessitera toujours l’expertise de spécialistes.

Nous constatons ce phénomène assez fréquemment, en particulier avec les clients des PME – les clients des grandes entreprises connaissent mieux les « réalités » de ce secteur – : Beaucoup de temps et d’argent sont gaspillés avant qu’ils ne se rendent compte que travailler avec un expert pendant quelques heures ou quelques jours permet vraiment d’économiser de l’argent.[ut_blockquote_right] « Faire une analyse sur une source de données simple et unique est une chose, intégrer plusieurs systèmes différents dans un modèle de données complet comprenant une logique de calcul personnalisée, des flux de travail, etc. est une toute autre histoire. » [/ut_blockquote_right]

Rittika : Quelles ont été les principales motivations pour lancer une nouvelle solution d’analyse et de planification avec Acterys ?

Martin : Après avoir travaillé avec presque tous les produits du secteur au cours des 15 dernières années, nous avons appris un peu ce qui fonctionne et où les choses manquent et peuvent être améliorées :

Tout d’abord, comme nous l’avons mentionné, notre objectif était de tirer parti des nouvelles possibilités offertes par le cloud et l’analyse en libre-service. Rendre les choses plus faciles, plus rapides et plus rentables.

Deuxièmement, intégrer des solutions en silo : il n’est tout simplement plus justifié d’avoir une solution d’entrepôt de données, une plateforme de rapports et d’analyse et, par-dessus, une autre application distincte de planification/prévision/consolidation. Tous utilisent leur propre stockage de données – dans le pire des cas, même avec des bases de données propriétaires différentes – ce qui entraîne des frais généraux considérables pour intégrer les données dans ces silos et payer des spécialistes coûteux pour chaque silo. Nous nous concentrons sur le support, le stockage standard comme SQL Server ou Oracle et l’utilisation de ce qui existe déjà dans de nombreux cas, avec un large réservoir de connaissances disponibles.

Et cela ne s’arrête pas au stockage : nous nous concentrons sur les domaines où nous apportons une réelle valeur ajoutée, à savoir la modélisation, les scénarios d’applications analytiques et de reprise de données complexes, ainsi que l’automatisation des entrepôts de données. Il ne sert à rien de réinventer la roue et de construire notre propre moteur de rapports. Avec Power BI, nous disposons de l’environnement d’analyse le plus répandu et Excel reste l’application de gestion la plus utilisée et la plus polyvalente. Aucune solution de rapport spécialisée ne peut égaler cela. Ce pour quoi Excel n’a pas été conçu, c’est pour servir de modèle de données central et gérer des flux de travail complets et multi-utilisateurs de reprise, de prévision et d’autres applications analytiques. C’est exactement là que nous intervenons.

Enfin, notre secteur est malheureusement connu pour ses politiques tarifaires scandaleuses, à la limite de l’arnaque. Rien ne justifie qu’une licence annuelle pour une petite équipe financière mondiale coûte plus cher que la Porsche du directeur financier. Cet héritage est en partie dû à la surcharge des dépenses de marketing par les fournisseurs. Certains de nos concurrents sont entrés en bourse récemment, ce qui montre bien que leurs clients paient 60 cents par dollar pour des dépenses de marketing exorbitantes. Nous investissons encore plus que ce pourcentage dans la R&D. Nos budgets de marketing sont minimes par rapport aux normes du secteur, mais très efficaces. Ils sont axés sur la génération de trafic entrant par la participation à la communauté, la création de contenu de qualité, etc. Quelque chose qui a très bien fonctionné jusqu’à présent.

Rittika : Quels sont vos conseils pour gérer les équipes BI ?

Martin : Nous avons connu une transition très intéressante au cours des dernières années : nous sommes passés d’un fonctionnement assez transparent dans un seul lieu physique à une organisation virtuelle véritablement mondiale. Nous avons ajouté 25 nouvelles personnes à notre équipe, dont la plupart que je n’ai jamais rencontrées en personne. C’est un peu fou. Au départ, j’étais moi aussi sceptique quant à l’efficacité de ce produit, mais c’est le cas et, à mon avis, de manière encore plus efficace. Nous ne pourrions pas exister sans des outils comme MS Teams qui aident les gens à collaborer efficacement. Dans notre cas, il n’est pas seulement utilisé en interne, mais nos clients y sont désormais directement intégrés.

La base de notre philosophie de gestion est simple : chaque employé comprend que ce n’est pas l’entreprise qui signe son chèque de paie, mais le client. C’est de là que découle tout le reste : s’assurer que le client est satisfait de votre travail et donner tout ce que vous avez. Travailler le week-end ou en dehors des heures de travail est – en tant qu’organisation véritablement mondiale – souvent associé à cela. En contrepartie, notre équipe jouit d’une liberté inégalée : nous encourageons le travail à domicile. Le concept de neuf à cinq n’existe pas dans notre organisation.

Rittika : Vous avez mentionné que la satisfaction des clients est un facteur clé ?

Martin : Oui, en plus d’avoir la bonne équipe en place et de la garder heureuse, mon objectif principal en tant que PDG est de m’assurer que nous dépassons les attentes de nos clients. L’interaction directe avec les clients et les prospects est une priorité absolue et occupe 50 % de mon temps. J’essaie de m’impliquer autant que possible dans les « tranchées » lors des premières sessions d’accueil des clients. Le retour d’information qui en découle est inestimable : Il s’agit de voir de première main les motivations clés et les points de douleur, comment les prospects utilisent nos produits et ce que nous pouvons améliorer. Beaucoup de nos utilisateurs ne savent pas qu’ils ont affaire au PDG lors de ces sessions, mais je pense qu’il est absolument essentiel pour moi d’obtenir ce retour d’information non filtré.

Rittika : Qu’est-ce qui est en stock pour l’avenir avec Acterys ?

Martin : Je suis très fier de ce que mon équipe a réalisé ces dernières années : avec des moyens marketing très limités, nous avons maintenant des clients sur tous les continents qui peuvent voir une valeur claire en commençant en quelques minutes, en générant automatiquement des modèles à partir de leurs systèmes comptables et en ayant une plateforme très puissante pour construire des applications analytiques pour la planification, la consolidation des prévisions, etc. à portée de main en tant qu’utilisateurs professionnels. Tout cela en intégrant et en étendant de manière transparente les capacités de solutions familières comme Power BI et Excel, avec un vaste réservoir de connaissances qui évite d’être à la merci de consultants en solutions spécialisées qui facturent des milliers de dollars par jour.

Nous avons fait beaucoup de progrès, mais nous considérons toujours qu’il ne s’agit que d’une première étape. À l’avenir, l’un de nos principaux domaines d’intervention sera l’utilisation de l’IA pour rendre les processus encore plus efficaces. Il peut s’agir de rendre l’intégration des données encore plus automatisée, d’éviter que les utilisateurs financiers ne passent des heures à nettoyer et à entretenir les données, ou encore d’utiliser des méthodes de ML pour identifier les moteurs de l’activité et améliorer la précision des prévisions. Vous verrez beaucoup de choses dans cet espace dans les mois à venir, restez à l’écoute. Avec notre directeur technique, Hesam Ziaei, qui, en plus de son rôle exigeant de gestion du développement d’Acterys, a pu terminer son doctorat en apprentissage automatique l’année dernière, nous sommes très bien placés pour cela.

Rittika : Merci pour l’interview !

Recent Posts

Avant de m’impliquer fortement dans la collaboration avec Power BI et les équipes financières de diverses entreprises, je partais du

La nouvelle année arrive à grands pas et, au nom de notre équipe de planification de l’agilité et en mon

La modélisation, les prévisions et la planification sont des éléments essentiels de la capacité d’une entreprise à se développer en

Après plus de 10 ans et des centaines de projets, nous avons acquis une bonne connaissance des points douloureux typiques

Lorsque je pense aux équipes financières, l’une des premières choses qui me vient à l’esprit, ainsi qu’à mes collègues, est

Tags